esprit yoga logo


 

Ostéopathie et yoga : les disciplines complémentaires

Le yoga permet de prolonger et de renforcer les bienfaits d’une séance d’ostéopathie. Pratiquer les deux disciplines fait fructifier en nous notre potentiel d’auto-guérison. Pour dire adieu aux douleurs et ouvrir grand les portes du bien-être !

 

 

EY43 Sante Osteopathie et yoga

 

Yoga et ostéopathie : les mêmes définitions

Le maître yogi BKS Iyengar qualifie le yoga d’art, de science et de philosophie. Et c’est en ces mêmes termes que le fondateur de l’ostéopathie, Andrew Taylor Still à la fin du XIXème siècle décrit sa discipline.

Les deux disciplines agissent sur le terrain et vise à rééquilibrer l’être humain dans sa globalité, physique et psychique. Comme pour les postures, les manipulations manuelles sont précises. Elles relèvent à la fois de la science et de l’art car elles nécessitent une parfaite connaissance de l’anatomie, de la physiologie et de la biomécanique du corps humain.

L’ostéopathie ne se résume pas qu’à des pratiques manuelles. « Nous nous intéressons aussi à l’hygiène de vie de nos patients ». Le but est d’améliorer leur qualité de vie globale », note Dominique Martin*, ostéopathe à La Rochelle et pratiquant le yoga depuis plus de 30 ans.

 

 

Postures sur prescription

« Beaucoup de nos patients viennent en consultation avec des douleurs chroniques, souvent anciennes. Dans certains cas, il nous faudrait des années de traitement pour résoudre tous les problèmes et compensations qui se sont accumulés », note Patricia Godoc, ostéopathe et professeure de yoga à Bayonne.

Alors « Plutôt que de multiplier les séances, j’indique à mes patients quelques asanas pour prolonger les effets des manipulations. Il m’arrive ainsi de « prescrire » 3 ou 4 postures à faire tous les jours. L’idée est d’apprendre au corps à retrouver une position stable pour que le mouvement soit le plus fluide possible ».

 

 

Une complicité à vivre

Avec sa double formation, Patricia Godoc constate à quel point les deux disciplines se nourrissent. « Le rapprochement se fait à plusieurs niveaux. Biomécanique tout d’abord. Dans les gainages statiques ou les étirements du yoga, on réalise une mobilisation ostéo-articulaire et musculaire qui complète les manipulations ostéopathiques. 

Le travail en miroir ne s’arrête pas là. Plus on affine la pratique, au fil des consultations d’ostéo ou des séances de yoga, plus on entre en résonnance avec les émotions et l’inconscient. Les douleurs et les maux ne sont que très rarement purement mécanique, l’inconscient y imprime souvent sa marque.

 

 

Une approche énergétique

L’ostéopathie n’est pas une discipline qui fait « craquer » les articulations. « Comme le yoga, nous agissons sur l’ensemble des tissus du corps humain : le système ostéo-articulaire, les muscles, mais aussi les tissus mous, les viscères, les fascias, la sphère crânienne », note Samuel Urtado, ostéopathe et enseignant de yoga à Paris. 

Chaque tissu, chaque organe ou structure bouge de façon quasi-imperceptible. Ce mouvement se manifeste comme une oscillation, une onde respiratoire plus ou moins légère, plus ou moins ample et harmonieuse. En cas de dysfonction ou de douleur, ce mouvement est bloqué, la zone devient dense, contractée et a perdu sa mobilité naturelle.

Par des techniques très douces dites fluidiques, proches d’un travail énergétique, nous venons rétablir un mouvement tissulaire correct pour lever toutes les restrictions de mobilité. Comme au yoga, ce travail passe aussi par la respiration. »

 

 

Le yoga, une forme d’auto-ostéopathie ?

La comparaison est un peu osée. Pourtant, elle n’est pas si farfelue. Plus on pratique le yoga, mieux on connaît son corps et plus on affine son ressenti intérieur. A l’écoute de soi, on devient alors capable d’anticiper et d’adopter une approche préventive. Au lieu d’aller voir son ostéopathe lorsque la douleur est installée, on y va lorsqu’on sent les prémisses d’un blocage. 

« Quand une personne pratique les deux approches, elle est plus active dans son traitement », constate Samuel Urtado. Dominique Martin précise toutefois : « Pour que le yoga et l’ostéopathie s’enrichissent de manière mutuelle, il est important de faire appel à un professeur de yoga ayant lui aussi reçu une formation très rigoureuse, notamment en anatomie et en biomécanique du corps humain ».

 

  

Inspiré de l’article de Sophie Pensa. Retrouvez l’ensemble de son article et le témoignage d’une pratiquante « Sur la table et sur le tapis : un ressenti commun » dans Esprit Yoga – Magazine 43 (version papier - version numérique)

 

A lire : Comment entretenir, protéger son patrimoine physique. Guide de la pratique posturale ostéo-articulaire et musculaire, Dominique Martin. A commander auprès de l’auteur, 115 av. Jean Guiton 17000 La Rochelle

 

 

Yoga et Abondance : une relation à construire
Un yoga du cœur à l'occasion de la Journée Interna...
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

Rédaction


redaction@esprityoga.fr

 

 

 

Courrier des lecteurs


info@esprityoga.fr

 

Régie Publicitaire


contact@wellnessregiecom.fr
07 86 22 64 81

KIT MEDIA 2018 à télécharger

 

 

Abonnements


esprityoga@abopress.fr

03 88 66 26 19

Recevez la newsletter d'Esprit Yoga

ey41 couverture