esprit yoga logo


 


Le yoga incarne un art de vivre et une philosophie qui se diffusent au-delà du tapis. Dans cette section "Yoga Life" nous vous amenons en voyage, nous abordons des sujets de société et tout ce qui se passe dans la communauté des yogis.

 

En avançant en âge, des besoins spécifiques apparaissent. Le yoga apporte des réponses concrètes pour maintenir sa condition physique et mentale et plus encore pour l’améliorer.  
Le mot guru est tellement galvaudé et détourné de origine qu’il est difficile de lui rendre son sens si pur et sacré dans la tradition indienne.
Les conseils du Dr Coudron pour une pratique « anti-déprime ».
Un prof qui s'est formé (de manière plus ou moins longue) a décidé de se consacrer à son nouveau métier ou de proposer quelques cours à côté de son activité professionnel principal. Il peut également être à la retraite. Si les principales instances de yoga en France comme la Fédération Française de Hatha yoga (FFHY) ou la Fédération nationale des Enseignants de yoga (FNEY) se battent pour la reconnaissance d'un statut professionnel de l'enseignant de yoga, qu'en est-il de la réalité de l'enseignement sur le terrain ? Quel statut choisir ? Où enseigner ? Combien se faire payer pour un cours collectif ? Un cours particulier ? Combien donner de cours par semaine ?
"Ne pas forcer" est l’un des conseils les plus courants lors d’un cours de yoga. La pratique du yoga nous enseigne en effet à mobiliser avec constance la totalité de nos ressources physique, mentale et spirituelle, dans le respect de nos limites plutôt que dans la performance.  
Serions-nous la première société dans l’histoire à rendre les gens malheureux de ne pas être heureux ? Le bonheur est une intuition ancienne et qui résonne dans une phrase de Voltaire : « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ! ». En effet, on ne peut pas dire en toute circonstance : « je choisis le bonheur » mais on peut choisir de contribuer à son avènement, choisir d’être des « facilitateurs » ou des « artisans » du bonheur. Comme l’affirme Matthieu Ricard : « Le bonheur est une manière d’être or les manières s’apprennent ».
En début d’année, une star du yoga sur instagram (@casa_colibri) s’est filmée en train d’enchainer des asanas alors qu’elle avait ses règles. Elle le fit sans utiliser de protection hygiénique, vêtue de blanc, si bien que sur la vidéo on voit distinctement les traces de sang entre ses jambes. Son message : avoir ses règles n’est pas tabou.
A travers leurs vidéos publiées sur Youtube et leurs conseils diffusés sur les réseaux sociaux, de nouveaux acteurs du web proposent des voies alternatives vers un bonheur promis comme tangible.
Le yoga et l’art ont ceci de commun qu’ils relient les êtres entre eux, abattent les barrières et permettent l’ouverture de l’âme.
Vivre la liberté dans chaque instant, en acceptant les liens qui nous relient aux autres et au monde, c’est le chemin que la philosophie et la pratique du yoga nous incitent à parcourir.
Que ce soit dès le plus jeunes âge pour retenir une poésie et apprendre à lire où sur les bancs des grandes écoles, le yoga peut s’avérer un précieux outil afin de guider les élèves vers une meilleure gestion du stress et pour optimiser leur concentration.
Aujourd’hui la quête de sens et le désir d’élévation spirituelle passent moins par des dogmes ou des systèmes religieux que par une pratique en conscience, qui engage autant l’être que le corps.
Loin d’être austère, la simplicité dévoile des horizons lumineux en nous ouvrant les portes à un autre type d’enrichissement. Le yoga en est une voie d’entrée possible.
A l’approche des élections présidentielles, nous nous sommes demandé jusqu’à quel point le yoga peut avoir une influence sur notre conscience politique et citoyenne.
  Chaque année au mois de mars, plus de 7 000 yogis venus du monde entier viennent partager leur passion au cœur des rizières balinaises.
Loin d’être une simple sensibilité à la souffrance d’autrui, la compassion peut être une conduite d’action efficace et réparatrice, envers soi, les autres et la planète.  
Du sanskrit sat "vérité" et sangha "assemblée", satsang signifie "être en compagnie de la vérité". Il désigne une discipline spirituelle à part entière qui consiste à s'asseoir en groupe face à un enseignant pour l'écouter.  
Médecin, professeur de yoga depuis plus de 30 ans et fondateur de l’Institut de Yogathérapie à Paris, Lionel Coudron nous éclaire sur la façon dont la yogathérapie peut aider à soigner les traumas, notamment dans des cas spécifiquescomme ceux liés à la vague d’attentats qu’ont connu la France et la Belgique ces derniers mois.  
De plus en plus de cours de yoga sont proposés aux salariés sur leur lieu de travail. Des initiatives bénéfiques à la fois pour les employés et les employeurs.  
Heureusement, le yoga est une pratique ouverte à tous, au-delà de la sacro-sainte taille 36. Mais faut-il pour autant consacrer des cours spécifiques aux yogis taille XL ?  
Les mantras sont des formules dévotionnelles répétées plusieurs fois (mentalement ou de vive voix), dans le cadre d’une pratique de méditation. Traditionnellement, ils sont prononcés en respectant une intonation et un rythme précis qui lui confèrent un sens profond particulier. Depuis quelques années, c’est aussi par la voie des musiques actuelles qu’ils se diffusent.  
Respirer est bien plus qu'absorber de l'oxygène Bien plus que le seul souffle, le prana c'est l'énergie, la force qui se manifeste dans l‘univers. En travaillant son souffle, le yogi prend conscience de l’énergie et des forces qui traversent son corps.      
Marcher et respirer sont des activités qui peuvent être automatiques. Mais vécues en conscience, elles transforment nos moindres déplacements et rejoignent les effets des pranayamas et du yoga.  
La région de la baie de San Francisco est la première pour la pratique du yoga aux Etats-Unis. De Mission, à Nob Hill ou dans le parc du Golden Gate, on ne manquera pas de croiser des yogis à pied, à vélo ou en tramway.  
Pratique ancestrale venue d’Hawaï et popularisée en Californie, le surf est un réel mode de vie qui partage certaines valeurs avec le yoga.
La créativité est une manière de changer de perspective sur les choses, sur les gens ou sur sa vie. Présente en chacun de nous, elle peut être une puissante énergie de développement et de liberté, à condition d’apprendre à se faire confiance.  
Vacances, j’oublie tout ? Tout, sauf le yoga ! Quel que soit notre programme estival, profitons de l’été pour maintenir les bienfaits construits semaine après semaine tout au long de l’année, au fil de notre pratique.    
Avez-vous déjà vu un film indien ou un spectacle de danse indienne ? Avez-vous déjà fait du yoga ou médité ? Alors vous avez certainement remarqué cette gestuelle particulière, ces mouvements de mains si raffinés et gracieux. Il s’agit des mudras.
La pratique du yoga donne une conscience de soi qui permet de courir en pleine connaissance de son corps et avec un mental plus réceptif. Ainsi, nous transférons les principes des asanas et du Pranayama appris sur le tapis, "on the road".
Le centre Ananda, dédié au yoga et autres pratiques liée à la pensée orientale, est un espace chaleureux, unique sur l’île de Basse Terre. Partage et harmonie en sont les maîtres mots.    
Vous avez peut-être envie de savoir comment placer votre corps dans les différentes postures (Asanas) ? Mais, avant que vous ne vous mettiez dans des positions bizarres, il est important que vous en sachiez plus sur ce que vous faîtes et pourquoi vous les faîtes, n'est-ce pas ?   
 L’égo est nécessaire à chacun pour son épanouissement et sa confiance. Mais quand il est mal placé ou surdimensionné, il devient un ennemi. Comment le yoga peut nous aider à l’apprivoiser, à en faire un allié ?    
Que vous soyez un "Yogi" confirmé ou que votre position de l’aigle ressemble plus à un pigeon, pratiquer le yoga en voyage est un excellent moyen de rencontrer d'autres voyageurs. Quelle meilleure façon de créer des liens que de tenter de tenir votre pose de l’arbre en plein milieu de la jungle ou perfectionner votre salutation au soleil sur une plage aux aurores ?  
Le yoga se développe à vitesse grand V dans le monde du travail, et la police ne fait pas exception. Depuis deux ans, un cours a lieu au cœur même de la Direction régionale de la police judiciaire de la Préfecture de police de Paris. Une activité qui permet d’apporter de la sérénité dans une profession somme toute stressante. 
C’est d’abord aux Etats-Unis que l’ashtanga yoga, aussi connu sous le nom d’ashtanga vinyasa yoga, a fait son entrée dans les studios de yoga. Depuis, Mysore, la ville qui a vu naître ce "style" de yoga, est devenue la Mecque des yogis du monde entier.  
Du matin au soir, l’enfant est stimulé par l’école et les multiples activités qui lui sont proposées. Le yoga lui permet de prendre de la distance avec la notion de performance en lui offrant un espace dans lequel il est possible d’apprendre à ralentir, d’éveiller ses sens et de retrouver un peu de calme intérieur et de confiance en lui.
Sommet de la sagesse, la gratitude est un état de joie humble devant ce qui est, un rayonnement intérieur qui invite à aimer.  
     Méditer ne serait ce que 10 min par jour apaise l'esprit, vous permet de retrouver le sommeil ou encore calme le stress. Mais saviez-vous que l'on peut trouver encore plus de bonne raisons de méditer ? 
  Un prof qui s'est formé (de manière plus ou moins longue) a décidé de se consacrer à son nouveau métier ou de proposer quelques cours à côté de son activité professionnel principal. Il peut également être à la retraite. Si les principales instances de yoga en France comme la Fédération Française de Hatha yoga (FFHY) ou la Fédération nationale des Enseignants de yoga (FNEY) se battent pour la reconnaissance d'un statut professionnel de l'enseignant de yoga, qu'en est-il de la réalité de l'enseignement sur le terrain ? Quel statut choisir ? Où enseigner ? Combien se faire payer pour un cours collectif ? Un cours particulier ? Combien donner de cours par semaine ?   Les statuts C'est la première question à se poser. Sous quel cadre légal juridique et fiscal, vais-je enseigner ? Ou sous plutôt sous quels cadres légales vais-je enseigner ? Il n'est pas rare en effet qu'un même professeur de yoga enseigne sous plusieurs statuts. Anaïs Thuau, jeune professeure de yoga à Toulouse, diplômée de l'Ecole Française de yoga (EFY), est salariée pour une association où elle propose cinq cours par semaine. Elle est auto-entrepreneur pour deux autres salles où elle dispense entre 5 et 7 cours par semaine. Salarié d'une association Vous êtes salariés avec les avantages du salariat, votre protection sociale et votre retraite est à la charge de votre employeur. Depuis le 1er janvier de cette année, les associations se trouvent dans l'obligation d'appliquer la loi de sécurisation sur l'emploi. Cette dernière impose un seuil minimal de 24 heures par semaine de temps de salariat à temps partiel. Il est désormais possible d'obtenir des dérogations tant il est impossible d'imposer un tel régime quand un professeur ne dispense que quelques heures par semaine dans une structure. Il n'empêche que cette mesure, censée protéger des abus d'emplois à temps partiel, pousse les associations à inciter leurs intervenants, auparavant salariés, à opter pour le statut d'auto-entrepreneur. Le statut d'auto-entrepreneur Assez facilement et simplement, il est désormais possible de choisir ce statut et de faire ses déclarations sur le site internet de l'auto-entreprise. Il est néanmoins indispensable d'augmenter le prix de ses cours puisque les cotisations à la retraite et à la sécurité sociale sont à votre charge. De plus, ce statut ne permet pas de déduire les charges comme dans le cadre de la profession libérale ou travailleur indépendant. Enfin, attention de bien savoir qu'au-delà de 32 900 euros de chiffre d'affaire par an, vous êtes redevable de la TVA pour une activité de prestation de services. Un passage qui peut s'avérer délicat. Car ne pas le dépasser signifie aussi restreindre l'expansion de ses cours et le dépasser engage d'augmenter considérablement le nombre d'élèves et les cours dispensés, pour ne pas voir chuter brutalement ses revenus. Travailleur indépendant ou profession libérale. Vous êtes soumis à la TVA. Vous devez donc réfléchir à votre tarification. L'avantage par rapport à l'auto-entrepreneur est que vous pouvez déduire vos charges : location de salle, frais de déplacement, matériel, livres etc...Scop Le statut est ici celui d'entrepreneur-salarié. Vous développez votre activité en cherchant vos élèves. Vous reversez l'ensemble de vos revenus à la Scop, vous payez des frais de fonctionnement, la TVA, les cotisations sociales salariales et patronales. « En échange, nous avons une réelle couverture maladie, une retraite et le chômage » explique Régine Duval professeure de yoga salariée de la Scop Crescendo à Granville dans la Manche. SARL ou EURL Après avoir constitué une clientèle importante, certains passent le pas et crée leur société. C'est le cas de Vanessa Brouillet qui a ouvert deux centres, un à Marseille, un à Aix. « J'ai connu tous les statuts, associatifs, auto-entrepreneur avant de créer notre lieu « Yama ». J'ai dû augmenter les prix, choisir une salle dédiée au yoga. Nous sommes ouverts 12 mois/ an, sept jours sur sept et une quinzaine de profs interviennent dans le centre. Les élèves sont au rendez-vous mais l'équilibre des comptes est fragile ».   Enseigner où ? Une fois que la question des statuts a bien été comprise, les choix d'installation se posent. Et tous les cas de figure existent. Certains professeurs, encore en formation, se retrouvent à « récupérer » la clientèle de leur professeur de yoga en enseignant à ses côtés. D'autres démarrent dans un centre social, une maison de retraite, une école, des centres de vacances, une salle communale. Les cours particuliers sont également possibles. Et puis le désir d'ouvrir une salle peut murir. « ll est bon de s'appuyer sur Viveka, le discernement, explique Isabelle Morin-Larbey, présidente de la Fédération nationale des enseignants de yoga. « Qu'elles sont mes besoins de rémunération ? Qu'est-ce que je peux faire ? Suis-je prêt à donner des cours en soirée ? A me déplacer et jusqu'où ? A accepter au départ d'avoir parfois très peu d'élève ? » . Brigitte Neveux, présidente de la Fédération Française de Hatha yoga confirme la nécessité du questionnement notamment sur les besoins de rémunération, de la situation familiale « pour ne pas dénaturer l'enseignement et pouvoir le transmettre dans la joie ? » La qualité de l'enseignement peut-elle souffrir s'il est nécessaire de multiplier les cours pour tenter d'atteindre l'équivalent d'un smic tous les mois ? Il semble raisonnable de commencer par proposer quelques cours le temps de se faire connaître. De ne pas forcément lâcher son métier, voire de ne pas le lâcher du tout. Et petit à petit, se dégager du temps, envisager un mi-temps professionnel pour donner de l'espace et du temps au yoga. Beaucoup d'enseignant de yoga ont une double activité. Ce qui n'est pas du tout incompatible avec l'esprit du yoga qui favorise l'ouverture, qui décuple même les capacités intérieurs, d'élargir son champs de possible et sa créativité. Et ceux qui ont ouvert une salle, sont le plus souvent passés par toutes les étapes intermédiaires avant de se lancer dans l'aventure.   Le prix d'un cours La rémunération, le prix varie énormément que l'on s'installe en province ou à Paris. Le prix du foncier à Paris contraint les professeurs à fixer des prix en conséquence. Mais en province ou à la campagne, il est bon également d'envisager les frais de transport qui sont loin d'être négligeables. Il est évident qu'un cours proposé dans une MJC où vous ne payez pas la salle et où vous êtes salariés ne sera pas du même montant si vous louez une salle à Paris et que vous êtes travailleur indépendant. La première chose à faire avant de vous installer et de vous renseigner sur les prix pratiqués autour de vous. Il n'est pas juste, d'un point de vue éthique, de casser les prix et de rafler les élèves des professeurs autour de vous. Cette question est abordée abondamment dans le code de déontologie de la Fédération française des enseignants de yoga. Un professeur formé dans une école reconnue dans laquelle il s'est engagé parfois pendant 4 ans, qu'il a payé cher, ne doit pas brader son enseignement. Patrick Tomatis, directeur du syndicat national des professeurs de yoga (SNPY) se souvient de son professeur Nil Hahoutoff : « Il nous a engagé, en tant qu'enseignant débutant, à pratiquer les mêmes prix que lui. C'était le plus beau des cadeaux ». Multiplier également les choix d'abonnement est une bonne façon de permettre à chaque élève de trouver chaussure à son pied. Des cartes de dix cours, un abonnement au trimestre, à l'année...   Les assurances Vous devez souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle qui vous couvrira en cas de blessures d'un élève pendant un cours. Si vous êtes professeur affilié à une fédération d'enseignants de yoga, vous pouvez vous affilier à l'assurance de la fédération.   La communication Le savoir-faire administratif indispensable à acquérir s'accompagne également de la nécessité de s'occuper de sa communication. Se faire connaître peut passer par la création d'un site internet mais aussi par les réseaux sociaux comme Facebook. Mais la bonne petite affichette accrochée chez la boulangère ou le marchand de journaux marche aussi très bien pour jouer la carte de la proximité. En ville, la vitrine internet est indispensable tant la concurrence est rude et les jeunes cadres urbains dynamiques connectés en permanence. A la campagne, la proximité, le bouche à oreille fonctionne bien, mais ne pas négliger non plus le site internet, qui permet de bien se présenter. Si vous êtes affiliés à une salle, il est parfois intéressant de bénéficier d'une communication déjà rodée. Dans tous les cas, cette partie est importante, elle prend du temps, surtout au début. Conserver la flamme. « L'important est de rester heureux d'aller donner son cours, assure Isabelle Morin-Larbey. Il s'agit donc d'un équilibre subtile à trouver afin de ne pas épuiser la flamme intérieure, ce qui peut être douloureux pour l'enseignant et l'élève ». Garder un appui dans la vie professionnel dans un premier temps peut être garant de la liberté de transmettre un enseignement de qualité. « Et cette joie de la transmission n'est pas mécanique » assure Isabelle Morin-Larbey. Or, en France, le yoga est encore considéré comme une activité de loisir qui a longtemps été subventionné, donc peu cher pour les élèves. Nous sommes prêts à payer 150 euros les conseils d'un avocat mais sans doute pas un cours de yoga, à l'exception de cours particuliers dispensés à des people mais qui ne concerne qu'une minorité de professeurs. De plus, les écoles forment de nombreux professeurs chaque année. On peut raisonnablement se poser la question d'un écrémage dans les années à venir, vu la diversité des enseignements et parfois les dérives. Trop de yoga peut tuer le yoga... Il est également utile d'observer attentivement ce qui se pratique Outre-Atlantique et qui ne tarde jamais à se produire en Europe plus tard : des investisseurs s'engagent dans la création de salle où sont dispensées différentes formes de yoga. Les professeurs sont salariés, dans de bonnes ou mauvaises conditions. Le yoga est alors au cœur d'un business qui rapporte. Un nouvel outil de marketing. Qu'en restera-t-il de l'enseignant et de l'enseignement ?   Site d'Anaïs Thuau : www.commeonrespire.frScop de Régine Duval : www.crescendo-cae.frLe centre de Vanessa Brouillet, professeur d'Asthanga : www.yoga-aix-marseille.frhttp://lemondeduyoga.org pour les renseignements sur la Fédération des enseignants de yoga, le syndicat national des professeurs de yoga, le code de déontologie, les conseils pour l'installation.www.ff-hatha-yoga.com pour la Fédération Française de Hatha yoga.
Rencontre avec BKS Iyengar, le maitre du yoga connu pour son enseignement planétaire. Esprit Yoga l'avait rencontré avant sa mort en 2014...
 Militante féministe, mère et grand-mère, Thèrése Clerc n'envisage pas de vivre la dernière partie de sa vie soit à la charge de ses enfants soit en maison de retraite.  
 En privilégiant l'écoute active (ou attentive), la méthode « Gordon » permet d'accompagner les enfants dans la vie quotidienne, avec bienveillance et en posant un cadre sécurisant.
Originaire de Goa, l'ancienne colonie portugaise, Shripad Yesso Naik a été nommé Ministre du Yoga en novembre 2014. Un poste voulu par le nouveau premier ministre, M. Narendra Modi, fervent adepte de la discipline. Notre reporter François Gautier a été lui posé quelques questions.
get('text_top_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_TOP_TEXT'))*/?>
get('text_bottom_button', JText::_('DEFAULT_GOTO_BOTTOM'))*/?>

 

Rédaction


redaction@esprityoga.fr

 

 

 

Courrier des lecteurs


info@esprityoga.fr

 

Régie Publicitaire


contact@wellnessregiecom.fr
07 86 22 64 81

KIT MEDIA 2017 à télécharger

 

 

Abonnements


esprityoga@abopress.fr

03 88 66 26 19