Le numéro de Mai – Juin est actuellement disponible !
Le numéro de Mai – Juin est actuellement disponible !

Actualités, Lifestyle & Spiritualité

Laurent Jouvet : “La spiritualité la plus profonde est toujours la plus simple”

Ancien moine bénédictin devenu organiste et chef de coeur en chant grégorien, Laurent Jouvet est un authentique théologien. Avec générosité, il partage son expérience, puissamment physique, du divin, auquel il consacre un nouveau livre.

arbre sans feuilles avec un fond arc en ciel

Esprit Yoga : Quel est le dénominateur commun des traditions spirituelles ?

Laurent Jouvet : Toutes les pratiques spirituelles font appel au corps. L’ancrage dans le corps est ce qui garantit de vivre une expérience réelle, pas imaginaire. Porter l’attention sur les sens apprend à descendre en soi-même. L’espace intérieur se vide des pensées. Il devient espace de liberté pour se connecter à l’essentiel, que certains mystiques nomment Dieu et d’autres appellent « nature profonde ». Moi, je préfère parler de « source ». Les termes changent mais renvoient tous à cette nature existentielle. C’est très simple.

Esprit Yoga : C’est très simple mais cela n’empêche pas les difficultés, le doute ?

Laurent Jouvet : Non, je ne vois pas pourquoi. Avec le corps à portée de main, on parvient rapidement à un état d’équilibre, de paix, de joie. Notre état profond est paisible. Le corps est la porte d’accès et l’unique instrument de la spiritualité. L’idée qu’il faille faire un effort pour méditer est complètement contre-productif. Le problème fondamental est celui de l’attention, qui est fragmentée et attirée par toutes sortes de stimulations. Si je suis dans la tête, je souffre. Si je reviens au corps, ça se dilue. La plupart de nos problèmes existent parce qu’on y a mis de la conscience. Dès que l’on retire l’énergie des phénomènes psychologiques, les Yoga Sûtras le disent très bien, on brûle les conditionnements.

Esprit Yoga : Cela demande bien une discipline pour l’esprit ?

Laurent Jouvet : Vous évoquez l’idée d’un travail, je suis aux antipodes de cela. Mon dernier stage s’intitulait « Méditer sans effort ». Accueillir la réalité à travers le corps libère les noeuds accumulés. Vous expérimentez votre présence à vous-même mais aussi la chose la plus centrale et la plus universelle : la conscience. Maître Eckart dit que lorsque je touche le fond en moi, je touche le fond de Dieu. Les Yoga Sûtras disent que lorsque les fluctuations du mental ont cessé, Drashtar apparaît, le Témoin.

Esprit Yoga : Vous voulez dire que chacun voit la même chose à l’intérieur ?

Laurent Jouvet : Bien sûr ! D’ailleurs, au bout d’un moment, on sent très bien que c’est la même chose que l’on partage avec un chat, avec un arbre.

Esprit Yoga : Suspendre les processus mentaux est un défi quand on mène une vie active, une vie de famille, une vie sociale ?

Laurent Jouvet : Il y a deux choses. Il y a la conscience, qui est immense et immobile, et il y a l’attention qui est comme une lampe que vous dirigez sur ce que vous voulez. La méditation consiste à calmer le mouvement de cette lampe et à élargir le faisceau. On se relie aux sensations du corps, au poids, à la chaleur et, une fois que l’attention s’est ouverte là-dessus, on peut la diriger plus profondément vers le silence. Ce silence, vous l’avez déjà connu, tout le monde le connaît. C’est très différent de la relaxation qui se termine par la rêverie ou le sommeil.

L’attention y est flottante. En méditation, je muscle l’attention qui devient vigilante et stable. Quand je discute avec quelqu’un, je sais où sont mes pieds et je suis complètement avec la personne. Je l’accueille en moi, c’est comme si je l’absorbais. Mais pour garder cette qualité avec les autres, il faut choisir un mode de vie qui assure ce calme. On devient très attentif à ce dont on est capable ou pas. Personnellement, je ne suis plus capable de me rendre à une fête avec trop de monde. Je ne pense pas non plus que l’esprit humain soit capable d’être continuellement informé de ce qui se passe sur la planète.

Esprit Yoga : Déconditionner sa pensée serait le seul moyen de rencontrer la part divine en soi ?

Laurent Jouvet : Vous mettez la charrue avant les bœufs. Expérimenter le silence intérieur c’est très court, mais si vous le faites souvent, ça vous transforme. Pas besoin de méditer des heures. Ce qui est important, ce sont les petites descentes. Brûler les conditionnements du mental, c’est diriger l’attention vers le corps jusqu’au silence puis l’utiliser. Si vous pensez de manière anarchique, si vous méditez puis allumez la télé, vous nourrissez vos conditionnements. La méditation n’est juste que si vous l’utilisez dans votre vie, alors vous découvrez plus qu’un « bien-être » : la porte vers la transcendance. Ce n’est pas rien.

Esprit Yoga : N’y a-t-il pas un paradoxe à ne pas croire en Dieu mais à réciter des mantras en cours de yoga ?

Laurent Jouvet : Quand quelqu’un dit qu’il ne croit pas en Dieu, la plupart du temps, il refuse l’Église et ce contact-là avec le divin. Il faut distinguer le discours religieux de la vision spirituelle. Le religieux met Dieu à distance. La spiritualité est une recherche intérieure. Les mantras ne sont pas des déclarations de foi. Ce sont des exercices répétitifs pour vider le mental, première étape avant de toucher le divin. Donc pour moi, il n’y a pas d’ambiguïté. Que vous soyez mystique médiéval en Europe ou ermite du Haut-Tibet, l’être humain a besoin de sacré. Les traditions ont toutes proposé de s’y éveiller. L’Éveil, c’est quand je vois enfin la réalité.

Cet entretien est à retrouver dans Esprit Yoga n°65, disponible dans notre boutique en ligne.

couverture du magazine n°65 sur l'acceptation

Sur le même sujet

Rendez-vous dans notre boutique,Et abonnez vous !

Actualités
En kiosque
Newsletter
Suivez-nous