Le thé est considéré comme une boisson de santé qui dynamiserait le corps, reposerait l’âme et élèverait l’esprit. Zoom sur ce breuvage aux multiples vertus.

Par Laurence Pinsard

Avec plus de 500 milliards de tasses consommées par an dans le monde, le thé est la boisson la plus bue après l’eau. Thé à la menthe du Maghreb, aux épices d’Inde, thé de Ceylan ou thé vert japonais, il en existe de multiples variétés et presque autant de manières de le consommer. Symbole d’hospitalité, il invite au partage et à la cordialité, et incite à profiter du temps qui passe… « On boit du thé pour oublier le bruit du monde », disait le sage chinois T’ien Yi-Heng. Quelle invitation !

« Avant de devenir un breuvage, le thé fut d’abord une médecine », indique Kazuko Okakura en introduction à son Livre du thé. En Chine, il a longtemps fait partie de la médecine avant que les puissants n’en hument le doux parfum et n’en fassent leur boisson favorite au vıııe siècle. A son arrivée en Europe, au xvııe siècle, il remplissait les rayons des apothicaires avant de remplir les tasses des salons élégants. On dit même que Louis xIV s’en faisait prescrire par son médecin, pour régler des problèmes de digestion, pour éviter la goutte et les problèmes cardiaques !

Aujourd’hui boisson banalisée, on lui attribue pourtant toujours de nombreuses vertus. Et pour cause. Les feuilles de thé contiennent des vitamines, des antioxydants, des sels minéraux, de la théine (une sorte de caféine) et du tanin. C’est d’ailleurs la combinaison de ces deux derniers éléments qui permet au thé d’agir beaucoup plus progressivement et en douceur que le café. Du coup, le thé est stimulant et non excitant. Favorisant la circulation sanguine, tonifiant le cœur et stimulant le système nerveux, il chasse la fatigue, renforce la vigilance et aiguise l’activité intellectuelle. D’ailleurs, les moines bouddhistes l’utilisent depuis toujours pour maintenir l’état d’éveil nécessaire à la méditation !

Noir, vert ou blanc, lequel choisir ?  

Les thés viennent tous de la même plante, le Camelia Sinensis. Mais, comme pour le vin, le cru et le terroir déterminent le caractère du thé, tandis que la diversité des saveurs dépend de l’altitude de son terrain d’origine, du stade de maturité des feuilles au moment de la récolte et des différentes étapes de la fabrication.  

Les thés verts sont probablement les plus anciens. Les feuilles sont chauffées quelques minutes (afin d’éviter la fermentation), puis torréfiées, roulées et mises à sécher. Il existe environ 1 600 sortes de thé vert ! Celui-ci donne un breuvage de couleur jaune qui renferme de nombreux actifs, dont les fameuses catéchines précédemment citées qui demeurent intactes dans le processus de fabrication du thé et ont donc des vertus anti-cancer. Riche en théine et en vitamine C, il est stimulant et se boit de préférence en journée. Source exceptionnelle de polyphénols, le thé vert est intéressant pour la protection contre les maladies chroniques et serait également bon pour le cerveau. « Une étude récente montre que la consommation régulière de thé vert diminue de moitié le risque de déclin cognitif et ce, même chez les personnes qui sont génétiquement prédisposées aux maladies neuro-dégénératives », indique Richard Béliveau. Les thés vert-bleu ou Wu Long sont semi-fermentés. En infusant le thé bleu-vert, on obtient un liquide plutôt orange. Faibles en théine, ils peuvent tout à fait se savourer en soirée.  

 Les thés noirs sont fermentés. Le procédé de fabrication implique que le thé soit flétri, roulé, fermenté, desséché et trié. En Chine, ce sont les thés les plus respectés. On les classe, comme le vin, selon l’année et le mode de fabrication. Une fois infusé, le thé noir donne une boisson à la liqueur cuivrée. Contenant légèrement plus de théine qu’un thé vert, il est approprié à une consommation le matin ou en journée. Le thé noir a un effet curatif sur les troubles intestinaux en raison de la présence de tanins. Il contribue également à réduire le taux de mauvais cholestérol.  

 Les thés blancs sont des thés restés à l’état naturel. Les feuilles ne subissent ici que deux opérations : un flétrissage et une dessiccation. Ils sont rares, fragiles et chers. Infusé, le thé blanc donne une boisson jaune très clair. Peu chargé en théine, il est rafraîchissant et convient à une consommation à toute heure et en toute saison ! Il est aussi riche en antioxydants et vitamines.  

 

 

 

Sur le même sujet

Rendez-vous dans notre boutique,Et abonnez vous !

Actualités
En kiosque
Newsletter
Suivez-nous